Communiqué de presse de la Commission européenne

    • gestion des déchets,
    • nature et biodiversité,
    • qualité de l’air,
    • qualité et gestion de l’eau.

La Commission a adopté le bilan de la mise en œuvre de la politique environnementale. C’est un nouvel outil qui vise à améliorer l’application de la politique et des règles européennes en matière d’environnement.

Elle va traiter avec les États membres des causes des lacunes en matière de mise en œuvre et élaborera des solutions avant que les problèmes ne deviennent urgents.

La mise en œuvre intégrale de la législation environnementale de l’UE permettrait à l’Union d’économiser 50 milliards d’euros par an en coûts de santé et en coûts directs pour l’environnement.

Selon Eurobaromètre, 3 citoyens sur 4 considèrent que les réglementations européennes sont nécessaires pour protéger l’environnement dans leur pays, et 4 sur 5 estiment que les institutions de l’Union devraient être en mesure de vérifier si ces réglementations sont appliquées correctement.

28 rapports cartographient les points forts, les opportunités et les faiblesses de chaque pays. Ils examinent les tendances communes dans des domaines tels que la qualité de l’air, la gestion des déchets et l’économie circulaire, la qualité de l’eau et la protection de la nature et de la biodiversité; des recommandations d’améliorations adressées à tous les États membres.

Gestion des déchets : la prévention des déchets demeure une difficulté importante pour tous les États membres, tandis que six d’entre eux ne sont pas parvenus à limiter la mise en décharge des déchets municipaux biodégradables.

Si la politique des déchets de l’UE était pleinement respectée d’ici à 2020, cela pourrait créer 400 000 emplois supplémentaires.

Malgré de nombreuses réussites au niveau local dans le domaine de la nature et de la biodiversité, la mise en œuvre de la législation européenne sur la protection de la nature doit être renforcée

Qualité de l’air : Dans 23 des 28 États membres, les normes de qualité de l’air continuent d’être dépassées — dans plus de 130 villes réparties dans toute l’Europe.

Le transport est une des sources principales des problèmes de qualité de l’air. Il faut également intensifier les actions visant à réduire le bruit ambiant, la deuxième cause environnementale de mauvaise santé.

Qualité et gestion de l’eau : la plupart des États membres ont des difficultés à respecter intégralement la réglementation en matière de collecte et de traitement des eaux urbaines résiduaires, et 13 font l’objet d’une action en justice de l’Union.

Des causes communes à plusieurs États membres: une coordination inefficace entre les différents niveaux administratifs, un manque de capacité et des connaissances et des données insuffisantes.

La Commission va lancer un outil d’échange qui permettra aux États membres de s’entraider en bénéficiant de l’expertise de leurs pairs.

 

Fiche d’information pour la France : lien

(Consulter les 28 rapports : lien)