Pour mémoire, un portail de signalement des violences sexuelles et sexistes, accessible 7Jours/7 24H/24 est en ligne depuis le 27 novembre 2018.

Cette étude nationale relative aux morts violentes au sein du couple sur une année civile est produite depuis 2006 par la Délégation aux victimes.

Le recensement morts violentes est effectué par chaque service de police et unité de gendarmerie puis une analyse de chaque décès individuellement est menée par la Délégation aux victimes ; la réalisation de l’ensemble de ces travaux nécessitent plusieurs mois notamment en raison du temps nécessaire aux enquêteurs pour déterminer la véritable qualification pénale des faits révélés mais aussi afin de pouvoir garantir la qualité des données qui figurent dans l’étude.
En 2018, 149 personnes sont décédées sous les coups de leur partenaire ou de leur ex partenaire de vie, contre 151 en 2017 et 157 en 2016, parmi ces victimes :
  • 121 femmes (contre 130 en 2017),
  • 28 hommes (contre 21 en 2017).
Il a été observé qu’un décès criminel survient au sein du couple tous les deux jours et demi et une femme décède sous les coups de son partenaire ou de son ex-partenaire tous les trois jours.
L’étude précise aussi les circonstances du passage à l’acte pour ces morts violentes, à savoir que l’auteur des faits est le plus souvent un homme (79,2 % des cas), ayant fait usage d’une arme (67,8 % des cas) ; les faits sont, les plus souvent, commis au sein d’un domicile qu’il soit celui du couple ou de l’un des deux membres (83,2 % des cas).
Les résultats de cette étude démontrent que les efforts des pouvoirs publics pour combattre ces violences intrafamiliales inacceptables doivent se maintenir et s’accentuer, c’est pourquoi de plusieurs années l’ensemble des policiers et gendarmes suivent une formation théorique et pratique (mises en situations co-animées avec des psychologues) tant initiale (durant leur scolarité) que continue sur la prise en charge et l’accueil des victimes, notamment des victimes de violences conjugales et de violences sexuelles.
A partir de septembre 2019, des formations conjointes des magistrats et des enquêteurs spécialisés sur la conduite de ces affaires seront mises en place.
Pour mémoire, un portail de signalement des violences sexuelles et sexistes pour faciliter les démarches des victimes auprès de policiers et de gendarmes spécifiquement formés est en ligne depuis le 27 novembre 2018 : accessible 7Jours/7 24H/24, il permet aux victimes de libérer leur parole et d’être orientées vers des structures de soutien, ou vers les services de police ou unités de gendarmerie pour recueillir leur plainte

En savoir davantage…

Lire plus : Mort violente au sein du couple, une étude nationale

Source : Jeunes.gouv.fr