Plastiques, pesticides, aliments, contenants alimentaires, tickets de caisse… de nombreux objets de notre vie quotidienne peuvent contenir des perturbateurs endocriniens

Pour mémoire, les perturbateurs endocriniens peuvent engendrer des dysfonctionnements à plusieurs niveaux, reproduction, croissance, développement ou encore comportement, outre l’impact sur la santé humaine, ces substances peuvent avoir également des impacts sur l’environnement et en particulier la faune.

 La deuxième stratégie nationale qui vise à réduire l’exposition de la population et la contamination de l’environnement se structure autour de trois enjeux prioritaires :

  1. Former et informer, pour que chacun puisse agir en connaissance de cause.
  2. Protéger l’environnement et les populations, agir sur les écosystèmes, c’est aussi agir sur notre santé
  3. Améliorer les connaissances en accélérant la recherche, notamment sur les impacts des perturbateurs endocriniens sur la santé.

 Mieux connaître les pollutions, informer et former, réduire les expositions et démultiplier les actions concrètes dans les territoires sont les grands axes de la politique du gouvernement en matière de santé environnementale, cette nouvelle stratégie s’intègre dans le dispositif « Mon environnement, ma santé » du Plan national Santé Environnement qui doit démarrer en 2020 et dont l’élaboration est en cours.

Vous pouvez également consulter et télécharger :

 En savoir encore plus…

Lire plus : Perturbateurs endocriniens, 2e stratégie nationale
Source : Jeunes.gouv.fr