La consommation de drogues peut entraîner des comportements à risque notamment concernant la sécurité

Non respect du code de la route

Les produits psychoactifs peuvent perturber gravement la conduite. Il n’y a pas de drogues douces au volant dans la mesure où elles induisent un changement de comportement.

Désormais, la législation dépiste et sanctionne les usagers de drogues au volant. La conduite après avoir fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants, est interdite, quelle que soit la quantité absorbée.

Les sanctions sont lourdes : jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 4500 euros d’amende ainsi que la perte de six points du permis de conduire.

Les sanctions sont aggravées lorsque cette infraction est couplée avec l’alcoolémie : les peines sont portées à 3 ans d’emprisonnement et 9000 euros d’amende. Le tribunal peut aussi décider d’une suspension du permis de conduire pour une durée pouvant atteindre 3 ans voire l’annulation du permis de conduire avec interdiction d’en solliciter un nouveau pendant 3 ans au plus.

Rapports sexuels à risque

Une trop forte consommation de substances psychoactives augmentent le risque d’avoir des rapports sexuels non protégés. Les rapports entre les muqueuses génitales, anales, buccales, les sécrétions génitales (masculines ou féminines) peuvent être contaminants. Sachez que la seule barrière efficace contre les infections sexuellement transmissibles est le préservatif masculin ou féminin. Un autre moyen contraceptif (pilule) est conseillé afin de se protéger d’une grossesse non désirée.

Enfin, la prise de produits pouvant fortement modifier les comportements, restez vigilant(e)s et conscient(e)s des risques de violences sexuelles possibles.

L’utilisation de seringues infectées par les toxicomanes les expose au risque de contamination du SIDA et des hépatites.

Violences

Une (poly)consommation peut entraîner des comportements violents vis-à-vis de soi-même et/ou des autres : état confusionnel, bouffées délirantes, paranoïa…Le « bad-trip » est une mauvaise expérience liée à la prise d’une drogue, et si la prise de conscience arrive à un mauvais moment, elle peut induire une perte totale de contrôle de soi.

Marginalisation

Une consommation excessive peut entraîner l’usager vers la marginalisation. En effet, la drogue coûte chère mais peut aussi être source d’argent pour le dealer. D’un côté comme de l’autre, le risque est de perdre toute notion de l’argent. La personne dépendante aura un besoin chronique d’argent pour obtenir le produit, le vendeur s’enrichira de façon inexpliquée et délictueuse. Dans certains cas, les toxicomanes sont amenés à se prostituer ou à la délinquance pour se procurer le produit à tout prix.

 

Date de mise à jour : 24/11/2017