Le tabac est la cause de 7 millions de morts par an dans le monde et aucun produit n’est plus dangereux selon un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). En France, on estime que chaque année, plus de 70 000 personnes meurent à cause du tabac sans compter les fumeurs passifs, exposés à la fumée des autres.

Le tabagisme en France

Des chiffres

On estime à 15 millions le nombre de fumeurs quotidiens et 43% des 15-25 ans fument. Un sur deux n’arrivera pas à décrocher et un sur quatre mourra prématurément (1 cancer sur 4 est associé au tabac). En résumé, on sait qu’un fumeur sur deux décédera du tabac et que le tabagisme passif est aussi reconnu comme une cause de décès.

Tabac et risques pour la santé

Fumer a de multiples effets négatifs sur la santé dus aux différentes substances toxiques (4000) contenues dans le tabac. Le tabac est un irritant, propice à la formation des cancers du pharynx, du larynx et des poumons, il provoque des maladies cardiovasculaires, des infections pulmonaires…

Femme et tabac

La pilule contraceptive et le tabac ne font pas bon ménage surtout après 35 ans (thrombose veineuse, embolie pulmonaire voire infarctus du myocarde. Le tabagisme chez la femme enceinte augmente le risque de grossesse extra-utérine, de retard de développement du fœtus, de naissance prématurée…

Tabac et idées reçues

  • Les cigarettes légères ou « light » sont aussi dangereuses.
  • Fumer quelques cigarettes par jour est aussi grave car c’est le nombre d’années de tabagisme qui est le facteur le plus déterminant.
  • Fumer n’est pas un anti-stress.
  • Fumer dans une autre pièce ne protège pas les enfants du tabagisme passif.

Consommations associées

Alcool et tabac vont souvent de pair, chez les fumeurs on trouve plus de consommateurs d’alcool. Alors si votre consommation d’alcool est problématique et que vous voulez arrêter de fumer, faîtes-vous aider : ALCOOL INFO SERVICE : 0 980 980 930

Café et tabagisme sont associés alors diminuez ou supprimez la consommation de café si vous voulez arrêter de fumer.

La chicha ou narguilé sont à la mode. Il faut savoir que ce n’est pas sans danger (1 narguilé équivaut à 2 à 3 paquets de cigarettes).

Le cannabis est la drogue la plus consommée en France avec plus d’un millions d’usagers réguliers. Outre les dangers propres au cannabis, il peut conduire à une consommation régulière de cigarettes mais aussi à une rechute.

Écoute CANNABIS : 0 980 980 940.

Que dit la loi ?

Depuis l’interdiction de fumer dans les locaux à usage collectif clos ou couverts de la loi Evin du 10 janvier 1991, de nouvelles lois sont apparues :

  • A partir du 1er février 2007 : Interdiction de fumer dans les lieux fermés et couverts accueillant du public, dans les établissements de santé, dans l’ensemble des transports en commun, dans l’enceinte des écoles, des établissements destinés à l’accueil, à la formation ou à l’hébergement des mineurs.
  • A partir de janvier 2008 : interdiction de fumer dans les débits de boissons, hôtels, restaurants, débits de tabac, casinos, cercles de jeux et discothèques.
  • Loi du 22 juillet 2009 : Interdiction de vendre du tabac au moins de 18 ans : savez-vous exactement ce qu’implique la nouvelle législation en matière de vente des produits du tabac aux jeunes ?

Tout le monde sait désormais que la vente de tabac n’est plus seulement interdite aux jeunes de moins de 16 ans, mais aux jeunes de moins de 18 ans, autrement dit à tous les mineurs. C’est la loi « Hôpital, patients, santé et territoires » du 22 juillet 2009 qui est entrée en vigueur depuis la parution d’un décret d’application au Journal officiel (JO) du 27 mai 2010.

Mais savez-vous que :

  • il n’y a pas que la vente qui soit interdite, il y a aussi la distribution gratuite
  • cette interdiction s’applique dans les débits de tabac, bien sûr, mais également dans les commerces ou les lieux publics
  • toute personne (pas seulement les buralistes !) ne respectant pas les dispositions qui précèdent s’expose aux sanctions prévues par la loi, à savoir être « puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe », à savoir 135 euros

Ajoutons enfin que les buralistes sont en droit d’exiger du client qu’il prouve sa majorité et qu’ils devront apposer de façon visible dans leur commerce une affiche rappelant la loi (et dont le modèle a été défini par arrêté du 28 mai 2010).

En conclusion, quoi que l’on pense de cette interdiction, il vaut mieux être averti des risques encourus !

… Et pour la cigarette électronique?

Un décret publié au Journal officiel du jeudi 27 avril 2017 vient de préciser les conditions d’application de l’interdiction de vapoter fixée par l’article 28 de la loi du 26 janvier 2016.

Depuis le 1er octobre 2017 il est interdit d’utiliser des cigarettes électroniques (e-cigarettes) dans certains lieux:

  • les établissements scolaires et les établissements destinés à l’accueil, à la formation et à l’hébergement des mineurs ;
  • les moyens de transport collectif fermés (bus, métros, trains…) ;
  • les lieux de travail fermés et couverts à usage collectif c’est-à-dire ceux en open space (« locaux recevant des postes de travail situés ou non dans les bâtiments de l’établissement, fermés et couverts, et affectés à un usage collectif »).

Les locaux qui accueillent du public comme les bars, les restaurants ou les hôtels par exemple ne seront pas concernés par cette interdiction (sauf si le règlement intérieur le prévoit).

Dans les locaux où l’interdiction s’applique, une signalisation apparente rappelle le principe de l’interdiction de vapoter et, le cas échéant, ses conditions de mise en œuvre. Source : service-public.fr

Prévention

Tabagisme et adolescence

La cigarette séduit de plus en plus les adolescents et plus on commence tôt plus l’arrêt sera difficile. Le mieux est d’en parler et de consulter un spécialiste (médecin ou service de tabacologie à l’hôpital).

Journée mondiale sans tabac

La journée mondiale sans tabac est organisée dans le monde entier, chaque année le 31 mai. Cette journée mondiale est axée sur les dangers du tabac pour la santé et sur l’action antitabac menée par l’Organisation mondiale de la Santé.

Arrêter de fumer

Dépendance, faire le point

En premier lieu, il faut évaluer son degré de dépendance avec un médecin spécialiste ou faire le test de Fagerström. A noter qu’il existe trois types de dépendance : physique, psychologique et comportementale.

S’informer et se faire aider

Tabac Info Service : 39 49 du lundi au samedi de 8h à 20h (appel non surtaxé)

Suivi gratuit par téléphone par un tabacologue.

Se préparer à arrêter

Tester sa motivation, définir un plan d’action (se fixer une date, se préparer, lister les avantages et les inconvénients, garder sa motivation).

Arrêter : méthodes de sevrage

Le sevrage se traduit par une impression de manque. Pour palier à ces symptômes, différentes méthodes existent :

  • Les substituts nicotiniques (patch, gommes à mâcher et comprimés sublinguaux, inhaleur).
  • Les médicaments (Buproprion ou Ziban, Varénicline ou Champix).
  • Les thérapies comportementales et cognitives : les séances se déroulent en groupe ou individuellement et interviennent aux différentes étapes de l’arrêt.
    Association française de thérapie comportementale et cognitive
    100 rue de la santé 75 674 PARIS CEDEX 14
    Tél. : 01 45 88 35 28 et www.aftcc.org

Méthodes douces ou parallèles

Homéopathie, acupuncture, auriculothérapie, mésothérapie, hypnose, toutes ces méthodes n’ont pas démontré scientifiquement leur efficacité, mais elles sont compatibles avec les méthodes de sevrage nicotinique, les médicaments et les thérapies.

 Les aides financières

La sécurité sociale prend en charge 150 euros par an et par assuré pour les substituts nicotiniques.
Certaines mutuelles ou assurances complémentaires proposent un forfait de prise en charge des substituts nicotiniques cumulable avec l’assurance maladie.
La mutuelle des étudiants (LMDE) propose un Forfait arrêt tabac (substituts nicotiniques ouvrant droit au forfait Sécurité sociale) à hauteur de 140 € par an.
Plus d’infos : www.lmde.com
La SMEREP propose un forfait bien être de prise en charge des produits de substitution nicotinique (15 €).
Plus d’infos : www.smerep.fr ou 01 56 54 36 34

via GIPHY

Centres Ressources

Aux niveaux européen et national

Fiche Actuel CIDJ n° 5.421 « Les addictions : prévenir et s’en sortir »

Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie :www.drogues.gouv.fr
Drogues Info Service : 0 800 23 13 13
Service national pour l’information et la prévention sur les drogues et les dépendances : 01 70 23 13 13 de 8h à 22h (appel gratuit depuis un fixe, au prix d’une communication locale avec un portable).

Observatoire français des drogues et des toxicomanies
3 avenue du stade de France – 93218 SAINT DENIS DE LA PLAINE CEDEX
www.ofdt.fr ou 01 41 62 77 16

Comité national contre le tabagisme
13 rue d’Uzès- 75002 PARIS
www.cnct.fr ou 01 55 78 85 10

Tabac info service
www.tabac-info-service.fr ou téléphonez au 39 89

Aux niveaux régional et départemental

Institut de promotion de la santé – IPS
3 place de Mairie – 78190 TRAPPES
http://www.sqy.fr/ips ou 01 30 16 17 80

RESSY – RElation d’aide Santé Sud Yvelines
3 avenue du Manet – 78180 MONTIGNY LE BRETONNEUX
www.ressy.info ou 01 39 30 44 99

Consultations d’aide à l’arrêt du tabac sur les Yvelines

Avec la nouvelle réforme et pour vous faire rembourser, vous devez vous rendre chez votre médecin traitant qui vous dirigera vers un médecin spécialiste.
Plus d’info sur www.ameli.fr ou au 36 46

Hôpital André Mignot
177 rue de Versailles – 78150 LE CHESNAY
www.ch-versailles.fr ou 01 39 63 95 37

Centre cardiologique d’Evecquemont
2 rue des carrières 78740 Evecquemont
01 30 91 80 00

http://www.centre-cardiologie-evecquemont.fr/

 

Hôpital de Houfdan
42 rue de Paris – 78550 HOUDAN
Tél. : 01 30 46 18 00
www.hopitalhoudan.fr

Centre hospitalier François Quesnay
2 Boulevard Sully – 78200 MANTES LA JOLIE
www.ch-mantes.fr ou 01 34 97 40 00

CHI Meulan – Les Mureaux
1 rue du Fort – 78250 MEULAN
www.chimm.fr ou 01 30 91 85 00

CHU de Poissy
10 rue du Champ Gaillard – 78300 POISSY
www.chi-poissy-st-germain.fr ou 01 39 27 40 50

Le Centre de santé universitaire est ouvert à tous les étudiants inscrits à l’université de Versailles – Saint-Quentin et aux IUT des Yvelines.
Le tiers payant est pratiqué et les étudiants n’ont à régler que la part complémentaire de mutuelle non prise en charge par la CPAM, soit  7,50 euros pour une consultation sur présentation de la carte vitale ou de son attestation.

Consultations sur rendez-vous les mardi et jeudi matin, avec une prise de rendez-vous en ligne sur l’application doctolib.
Université de Saint-Quentin : 01 39 25 53 82 ou 01 39 25 52 83
Université de Versailles : 01 39 25 40 96
IUT de Vélizy : 01 39 25 37 11
IUT de Rambouillet : 01 39 25 58 21
Plus d’infos : www.uvsq.fr

 

Date de mise à jour : 22/11/2017