Les troubles du comportement alimentaire (TCA) touchent de plus en plus de jeunes dans nos sociétés occidentales où l’idéal de minceur est poussé à son paroxysme.

Si ces troubles ne peuvent être que passagers, ils s’avèrent souvent destructeurs pour l’adolescent, pouvant conduire jusqu’à la mort. Ces troubles, maladies à part entière, comportent une part psychologique importante et induisent des comportements problématiques vis à vis de l’alimentation et de la nourriture, concernant la personne malade mais aussi son entourage.

Symptômes : l’alimentation et la nourriture deviennent la préoccupation majeure, elles occupent les pensées continuellement et elles guident la façon de vivre. Cela se concrétise par des pertes ou des prises de poids assez conséquentes, des attitudes d’isolement, de repli sur soi.

La boulimie

Plus fréquente que l’anorexie, la boulimie se caractérise par le besoin incontrôlable de manger, sans notions de faim ou de plaisir. Ces « crises » sont suivies de culpabilité, d’une perte d’estime de soi et d’un dégoût de son corps. Par souci de maitriser son poids ou pour diminuer les douleurs physiques causées par les excès, la personne boulimique a recours à des laxatifs, aux diurétiques ou se fait vomir.

Le traitement peut comporter différentes thérapies (psychothérapie de groupe, psychanalyse, thérapie comportementale et cognitive ou thérapie familiale) et nécessite une rééducation alimentaire avec l’aide d’un nutritionniste. Une hospitalisation peut s’avérer nécessaire.

L'anorexie

Pathologie essentiellement féminine, l’anorexie mentale désigne une restriction alimentaire volontaire, véritable « grève de la faim » qui entraîne un état de dénutrition critique pour l’organisme et une perte de poids importante. L’anorexique a une perception de son poids et de son corps faussée : peur d’être grosse, se voit perpétuellement en surpoids voire obèse alors que le poids est inférieur à la normale. L’anorexie mentale, trouble psychique, favorise les dépendances et les tendances suicidaires.

Face aux souffrances corporelles et psychologiques, le traitement allie psychothérapie, rééducation du mode alimentaire et suivi du poids, allant souvent jusqu’à l’hospitalisation lorsque la vie de l’anorexique est en danger. Mais le traitement se heurte parfois à un obstacle majeur : le déni des patientes qui ne se considèrent pas comme malades et refusent parfois suivi et soins.

Une même personne peut alterner périodes anorexiques et périodes boulimiques

Pour s’informer

Anorexie Boulimie, Info écoute
📞 0810 037 037

Lieux d’écoute et Points d’Accueil et d’Ecoute Jeunes (PAEJ) dans les Yvelines
Consultez notre page : Les Points d’Accueil et d’Ecoute Jeunes (PAEJ)

La Maison de Solenn
Hôpital Cochin – 97 bd de Port Royal – 75679 Paris cedex 14
Tél. : 01 58 41 24 24 www.mda.aphp.fr
Ecoute, orientation et prévention puis éventuellement consultations, hospitalisation pour les adolescents en souffrance.

La note bleue
162 bd du Montparnasse – 75014 Paris
Tél. : 01 43 27 68 62- http://association-lanotebleue.fr/
S’adresse aux jeunes en souffrance (troubles alimentaires, problèmes relationnels, dépression, suicide…) et à leur entourage.

Groupe Européen pour les Anorexiques, les Boulimiques et les Familles (GEFAB)
7 rue Antoine Chantin – 75014 Paris
Tél. : 01 45 43 44 75 – http://www.anorexie-et-boulimie.fr/…
Groupe d’entraide et de parole.